L'hiver, temps de développement intérieur

< Retour à la documentation

Mot de la supérieur générale (février 2013)


Au Québec, l’hiver ne finit plus de nous surprendre avec ses sautes d’humeur et nous fait passer d’un extrême à l’autre. -30o Celsius quelques jours et monte à 6o C peu de jours après. Vent violent et tempête de neige, grésil et glace se succèdent et nous font aspirer à une température plus clémente.

Même si nous sommes quelque peu des « nordiques », nous avons nos étés de chaleur où la nature se fait belle et où s’entremêlent couleur et beauté. Mais pour voir éclore les bourgeons en magnifiques petites feuilles ou fleurs, pour entendre chanter les oiseaux, pour profiter à plein du soleil qui fait rire le cœur, de voir changer la nature sous nos yeux, il nous faut passer par ce temps de travail souterrain.

Il en est de même dans nos saisons spirituelles, il y a aussi « ces temps de sécheresse où nous ne sentons pas le Seigneur qui nous travaille, ces temps d’hiver qui semblent morts et qu’on dirait qu’aucune sève ne circule plus dans la plus petite herbe comme dans le plus grand des arbres. C’est le temps du travail souterrain où les racines de l’être s’enfoncent plus profondément dans la nuit de la terre, aimantées par la soif de cette substance profonde ».1

Tu es béni Seigneur, « pour ce développement intérieur bien qu’insensible qui nous permettra de résister à toutes les saisons du mal ».2 Tu es béni pour ces « signes imperceptibles » d’espérance qui nous font avancer dans la confiance de voir que ta lumière illuminera les cœurs, qui acceptent de passer par l’hiver pour accueillir ton printemps. N’est-ce pas ce message que nous donnent ta passion et ta Résurrection?
__________
 1-2  Éphata, mercredi 3e semaine du temps ordinaire


France Croussette, a.m.
Supérieure générale
(20 février 2013)


© 2009 Solution Globale Informatique