Soeur Rolande Pelletier

[<] Retour En souvenir

«Auprès du Seigneur est la grâce, près de lui, le repos.»    (Ps 129, 7)

«Quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez enfin à monter, et lorsque la terre réclamera vos membres, alors vous danserez vraiment.»

Il nous semble que ce texte de Khalil Gibran convient particulièrement à notre sœur Rolande Pelletier. Avec courage, elle a gravi enfin la haute montagne vers son Père, en rythmant ses pas. Les pas de danse, à l’occasion, la rendaient si heureuse !

Cette consoeur fut une fidèle servante du Seigneur, dynamique, ardente, jamais fatiguée et amoureuse de la nature. Pendant plus de quarante ans, son exceptionnel talent culinaire fut vraiment mis au service de la mission antonienne. Il est bon de souligner également sa grande serviabilité, devenue une offrande quotidienne accomplie dans la joie. Malgré un âge avancé, elle demeura active et conserva sa vivacité d’accueil.

Un jour cependant, atteinte de maladie, elle a dû tout laisser derrière elle et revenir à la Maison Mère. Quelle épreuve pour elle ! Cependant, sa route n’était pas terminée, elle s’obligea à continuer, à aller plus loin et à s’abandonner enfin au bon vouloir de Dieu. Et notre petite abeille blessée, s’est tournée vers Celui qui pouvait l’aider à butiner encore dans l’obscurité, puis s’est laissée saisir par la force de Dieu. «Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort». (2 Cor 12, 10)

C’est ainsi que s’est arrêtée la longue route de sœur Rolande. Tout a été accompli dans la dignité, dans le silence, dans le secret de son coeur. Repose-toi, chère consoeur, en dansant avec les anges et en louant le Père pour l’éternité.

Les Sœurs Antoniennes de Marie
Le 19 février 2013


© 2009 Solution Globale Informatique